Landing logo

Avez-vous 18 ans?

Catgirl.ch est une communauté avec du contenu pour adulte. Vous devez avoir plus de 18 ans pour y rentrer.

La Charte Transgenre

Le fait d’être une femme transgenre n’est pas encore complètement accepté par les hommes aujourd’hui. Et à tort, car chacun a le droit de prendre ses propres décisions dans la vie. Même pour choisir un sexe différent de celui que l’on a eu à la naissance. Et tant pis pour ceux qui ne comprennent pas, qu’ils passent leur chemin.

Si vous êtes une femme transgenre, vous devez vous assumer. Être sûre de vous et en imposer. Car tout ça finit trop souvent en mal-être personnel ou en dépression. La pire des situations est de se retrouver au milieu, ne plus savoir si on est un homme ou une femme. Certaines ont une force mentale à tout épreuve, mais d’autres n’ont pas un caractère assez fort pour y arriver. Et c’est pour elles que Catgirl a décidé d’écrire la Charte Transgenre. A vous de vous en imprégner et de la partager autour de vous et sur vos medias sociaux. Chaque voix compte!

1. Ne me comparez pas aux femmes

Je ne suis pas et je ne serai jamais une femme. C’est pourquoi, lorsque vous parlez à une femme transgenre, ne vous référez pas aux femmes comme à des filles « normales » ou « ordinaires ». Cela peut paraître très ignorant et donner à une fille transgenre l’impression que vous la considérez comme anormale. Comme si elle n’était pas vraiment une fille. Que cela cesse pour de bon.

2. Ne m’appelez pas « trans »

Bien sûr, même si vous pouvez voir beaucoup de stars du porno trans s’étiqueter ainsi, beaucoup de femmes transgenres le ressentent comme désobligeant. Le terme « trans » me donne l’impression d’être une chose plutôt qu’une personne. Je ne suis pas que votre fantasme sexuel, je suis là pour être votre amie ou votre aimante. Moi aussi je veux avoir une relation normale avec vous. Est-ce trop demander?

3. Je ne suis pas une encyclopédie érotique

Beaucoup d’hommes ont tendance à poser des questions, ce qui est bien dans certaines circonstances. Par exemple, une fois que nous avons appris à nous connaître, vous pouvez me demander si je suis non-op (je n’ai pas eu d’opération), pré-op (je n’ai pas eu d’opération génitale, mais peut-être une augmentation mammaire) ou post-op (j’ai eu une opération génitale et une augmentation mammaire). Car oui c’est une question personnelle me concernant. En me demandant quelle est la différence entre un travesti et un transsexuel, j’ai l’impression d’être votre manuel d’histoire érotique. Et puis, c’est un peu insultant, non? Toutes ces informations sont disponibles en ligne. Faites d’abord un peu de recherche en ligne, s’il vous plaît, Messieurs.

4. Je suis une personne, pas une bête sexuelle

Les hommes ont tendance à sur-sexualiser les femmes transgenres en les considérant comme des personnes rares et mystiques, toujours excitées et prêtes à faire l’amour. C’est souvent la même histoire. Un homme invite une femme transgenre et quand elle l’informe sur son sexe, c’est le grand chambardement. Difficile de prévoir les réactions, mais elles sont la plupart du temps outrageantes et blessantes. Malheureusement, c’est un comportement encore trop fréquent. Pour de nombreux hommes, je suis assez bonne pour le sexe mais pas pour être vue en public.

5. Préparez-vous à des situations velues

Certaines filles sont plus avancées dans leur transition que d’autres. Si vous avez récemment commencé à sortir avec une fille qui est en début ou en milieu de transition, ne la regardez pas comme si elle était Chewbacca parce qu’elle a quelques poils sur le visage le matin. Il est probable qu’elle se sente déjà mal à l’aise à ce sujet. Garçons ou filles, n’ajoutez pas l’insulte à la blessure.

6. Soyez sûr de vous

Si vous n’êtes à l’aise avec moi que dans la chambre à coucher, alors vous n’êtes pas à l’aise avec vous-même. Vous devez pouvoir être à l’aise au restaurant, en soirée et partout ailleurs. Moi, femme transgenre, peut facilement sentir si les hommes ne sont pas sûrs de vouloir sortir avec moi. Car ils ne montrent pas d’affection comme ils le feraient derrière des portes closes. Moi aussi je veux marcher main dans la main avec un homme. Ne me laissez pas derrière vous, mais à côté de vous.

7. Ne me stéréotypez pas

Oui, il y a des femmes transgenres qui sont escorts, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Trop souvent, les hommes font des remarques aussi déplacées les unes que les autres. Puis ils s’excusent ensuite en disant qu’ils n’y connaissent pas grand chose sur le sujet. Comme si l’ignorance vous permettait de laisser entendre que je ne pourrais être qu’une escort et rien d’autre. Je suis devenue une femme, considérez-moi comme une femme maintenant. Et même si je suis une escort, respectez-moi en tant que telle.

8. Oui, je suis diplômée de l’université

Lors d’une rencontre, beaucoup d’hommes sont surpris d’apprendre que j’ai fréquenté une université et que j’ai obtenu un diplôme. Être une femme transgenre ne signifie pas que je viens d’un foyer brisé et battu. Ni que je n’ai aucune éducation ou aucun projet d’avenir. Je suis un être humain comme vous, avec des rêves et des buts à atteindre. Je suis cultivée et vous vous en rendrez compte.

9. Discutons de sexe avant de le faire

Si je suis une fille préopératoire, il y a des choses à prendre en compte qui ne sont pas forcément abordées lorsque vous sortez avec des femmes. Par exemple, la stimulation orale. Dans quelle mesure l’homme se sent-il à l’aise lorsqu’il la pratique et dans quelle mesure la femme est-elle à l’aise lorsqu’elle la reçoit? Certaines filles transgenres pré-op sont opposées à ce que leur pénis soit touché. Tandis que d’autres sont à l’aise tant que l’homme est à l’aise. Vous devez comprendre cette relation et ce qui se passe dans l’intimité est quelque chose qui doit être partagé entre vous et moi. Donc, si votre partenaire masculin est plus enclin à faire une fellation ou même à se faire pénétrer, ne vous gênez pas. Mais parlez-en d’abord.

10. Sortir avec moi ne fait pas de vous un gay

Sortir avec une femme transgenre, c’est en fin de compte sortir avec une femme. Ce qui vous attire physiquement et mentalement est généralement sa féminité. Et moi je ne suis pas un homme. Oui, je suis né garçon et certains d’entre nous peuvent avoir les mêmes organes génitaux. Mais une relation ne se résume pas à votre pénis. Et puis, il existe de nombreux couples hétéros qui intègrent les plugs ou les strap-on dans leur vie sexuelle. Les étiquettes ne sont tout simplement pas nécessaires. L’amour, c’est l’amour.

11. Je ne suis pas une expérience

Je ne suis pas votre rat de laboratoire ou votre expérience scientifique personnelle. Il est déjà difficile pour une fille transgenre de sortir véritablement avec quelqu’un ou d’être dans une relation, à cause de, oh, je ne sais pas : les points 1 à 11. Vous les hommes, soyez très clairs et francs sur ce que vous recherchez. Si ce n’est pas ce que je recherche, passez à autre chose. Si vous ne m’acceptez pas comme je suis maintenant, vous n’y arriverez jamais.

12. Non, je ne suis pas une star du porno

Si vous vous êtes engagé dans une relation en pensant que vous alliez avoir les meilleures relations sexuelles ou les plus sauvages, vous devriez peut-être reconsidérer la question. Le porno est un fantasme. Toutes les filles ne vont pas vous offrir Mia Bella dans de la lingerie sexy et vous servir une sexualité des plus torrides que vous n’ayez jamais connue. Ne laissez pas le porno éclipser ma personnalité. Je suis comme je suis, à vous de vous adapter.

13. Acceptez et soutenez ma transition

Il y a beaucoup d’étapes dans ma transition. Et il probable que chacune d’entre elles coûte une somme d’argent substantielle. Des hormones à l’épilation au laser, en passant par les augmentations mammaires et la chirurgie de confirmation du sexe. Oui, maintenant vous savez, une transition est compliquée et demande de l’aide. Il faut être patient parce que cela coûte vraiment cher d’être la femme que l’on veut être. Ne soyez pas celui qui perd une fille formidable parce qu’elle n’a pas encore fait refaire ses seins.

Facebook Twitter