STOP HUMAN TRAFFICKING

Les associations Stop Human Trafficking

De nombreuses organisations suisses travaillent main dans la main pour suivre les victimes de la traite des êtres humains et explorer les moyens de les protéger. De nombreux cas de prostitution forcée, de commerce d'organes et de mendicité ont été révélés avec l'aide et le concours actif des autorités locales en Suisse. Il y a différents aspects à prendre en compte et le soutien des citoyens est une aide vitale et saluée. L'augmentation des cas de femmes amenées en Suisse pour fournir des services sexuels sous la contrainte a incité le gouvernement suisse à prendre des mesures importantes pour les aider et, cas échéant, les sauver. Cet article vous fera découvrir le processus de la traite des êtres humains afin de vous aider à comprendre son fonctionnement et les mesures prises en Suisse pour la prévenir et la combattre à l'avenir.

Comment les femmes sont-elles victimes de la traite des êtres humains en Suisse ?

Des femmes de différents pays ont été confrontées à l'exploitation sexuelle à des fins commerciales. Des femmes de Hongrie, de Bulgarie, du Nigeria, d'Ukraine, du Brésil, de Thaïlande et d'autres pays ont été signalées comme victimes d'agressions sexuelles dans le monde entier. Les cas concernent principalement la traite de femmes pour la fourniture de services sexuels forcés. Dans la plupart des cas, une femme est amenée dans le pays et on la fait passer pour une escort indépendante. Ces femmes ont parfois la possibilité de contacter les autorités locales, mais d’autres n’ont malheureusement pas cette chance. L'objectif du gouvernement suisse est donc d'éviter la traite humaine à tout prix et sans compromis.

Pourquoi est-il important de mettre fin à la traite des êtres humains ?

En Suisse, il est légal de se prostituer et de fournir des services d'escorte indépendants. Cependant, certaines personnes utilisent les lois en leur faveur en violant les droits de l'homme. Si le choix d'être prostituée en Suisse est le seul et unique choix d'une femme, alors elle est accueillie avec dignité. Mais si une personne, qu'elle soit citoyenne suisse ou d'un autre pays, est amenée à se prostituer de force, il s'agit alors d'une violation manifeste des droits fondamentaux des êtres humains. Ainsi, pour protéger la dignité d'une personne, il est important de lutter efficacement contre ces abus. De nombreux pays manquent de ressources pour assurer la sécurité, les soins de santé et l'éducation de leurs citoyens. Et ils ne sont pas en mesure de se concentrer sur l'amélioration de la vie de leur population. Ce qui n’est pas le cas en Suisse, où les efforts fournis ont réellement aidés à lutter contre de nombreux abus révélés.

Le site "Human Trafficking Help and Resources" est une ONG mondiale d'assistance téléphonique chargée de donner les signes et les définitions d'un abus en tant que victime. Si vous avez des soupçons sur un tel comportement, vous pouvez visiter leur site internet et en apprendre davantage à ce sujet.

Quelles sont les mesures prises par le gouvernement ?

Pour prévenir la traite des êtres humains, le gouvernement suisse a mis en place de nombreux objectifs sur le terrain. Il a travaillé sans relâche en collaborant avec diverses ONG pour combattre les racines de la traite des êtres humains. La plupart des victimes sont des femmes qui sont forcées à se prostituer. Le problème est mondial, et le gouvernement suisse veut s'assurer que les droits de l'homme ne sont pas violés sur son sol. La Suisse applique une politique de tolérance zéro à l'égard de l'exploitation sexuelle des personnes. Le gouvernement a financé diverses ONG dans de nombreux pays afin qu'elles travaillent pour aider les personnes concernées. Chaque année, le gouvernement promulgue de nouveaux règlements qui renforcent les mesures de protection des personnes contre divers types d'agressions sexuelles ou tout autre atteinte à la liberté d’une personne.

Si vous souhaitez suivre les progrès réalisés par le Suisse ou simplement savoir ce qu’elle fait pour lutter contre la traite des êtres humains, vous pouvez visiter le site 18oktober.ch.

L'arrêt de la prostitution est-il un moyen de sauver les femmes ?

Non. Même si la prostitution est interdite dans certains pays, c'est une situation commune à de nombreux pays. De nombreuses escortes suisses gagnent leur vie en choisissant d'être travailleuses du sexe. Pour beaucoup de filles, c'est une carrière et elles paient des impôts comme tout autre citoyen du pays. Leur interdire d'être une escort en Suisse peut nuire à leur carrière et leurs revenus. Certaines d'entre elles pourraient dès lors aussi se lancer illégalement dans des services de call girls. Ainsi, pour éviter le chaos, il faut faire amende honorable et prendre des mesures à l'encontre de ceux qui violent les droits de l'homme. Si vous voyez une victime, essayez de l'aider de la meilleure façon possible. N’hésitez pas à reporter tout abus aux différentes sources mentionnées ci-dessous.

Comment les victimes de la traite des êtres humains sont-elles aidées et soutenues ?

La première chose à faire est de comprendre le type d'aide dont elles ont besoin. Le problème des personnes sans instruction se pose lorsqu'elles ne savent pas qu'elles sont exploitées. Certaines d'entre elles acceptent leur sort et leur existence comme un travail forcé. Ces personnes sont donc sensibilisées sur leurs droits en tant qu'êtres humains. Pour les instigateurs de tels comportements, de lourdes peines sont prévues, dont plusieurs mois ou années d'emprisonnement. En Suisse, il existe différents centres de soutien. Si vous souhaitez obtenir de l'aide, vous pouvez le faire à tout moment en leur téléphonant ou en leur envoyant un email.

Tout le monde peut contacter ces centres. Vous n'avez pas besoin d'être une victime pour cela. Si vous soupçonnez une violation des droits de l'homme liée à la traite humaine, vous pouvez même la signaler de manière anonyme si vous le souhaitez. Les centres concernés commenceront par parler aux victimes et découvriront ce dont elles ont besoin. Si certaines demandent à être protégées, elles sont envoyées dans un centre spécialisé et prises en charge avec respect. Plus spécifiquement liées à la prostitution, les femmes travaillant illégalement en Suisse ne sont plus expulsées d'office, comme c’était le cas avant. Cela devrait les inciter à signaler plus facilement des abus.

Qui contacter en cas d'abus ?

Il existe plusieurs façons de signaler les abus liés à la traite des êtres humains. En fait, elles sont même assez nombreuses puisque vous pouvez contacter des centres en Suisse mais aussi à l’international comme l’Organisation internationale pour les migrations des Nations unies ou Interpol par exemple.

Nous nous concentrerons ici sur les principales sources en Suisse, notamment les services officiels de l'Etat ou les associations reconnues et approuvées :

  • L'Organisation Internationale pour les migrations (OIM) à Berne : Thunstrasse 11, Postfach 216, 3000 Berne 6. Tél. : +41(0)31 350 82 11.
  • Office fédéral de la police (Fedpol) : Nussbaumstrasse 29, 3003 Berne. Tél. : +41(0)58 463 11 23.
  • Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) : Bundesgasse 32, 3003 Berne. Tél. : +41 (0)58 462 30 50
  • Secrétariat d'État aux migrations : Quellenweg 6, 3003 BernWabern. Tél. : +41(0)58 465 78 44.
  • Centre contre la traite des êtres humains : Act212.ch. Tél. : 0840 212 212.
  • Centre d’assistance aux migrantes et aux victimes de la traite des êtres humains (FIZ) : +41(0)44 436 90 00.
  • Trafficked victim Unit. Tél : +41(0)44 585 35 45.
  • Association de soutien aux victimes de la traite des êtres humains (Astrée) : 7 ruelle de Bourg, 1003 Lausanne. Tél : +41(0)21 544 27 97.
  • Association Fleur de Pavé, Avenue de Sévelin 32B, 1004 Lausanne. Tel: 021 661 31 21.

 

Ensemble contre la traite humaine

Un être humain mérite de vivre dans la dignité, et la traite des êtres humains est une menace pour la liberté des ces personnes. Des gens bien mal intentionnés en tirent profit en portant atteinte à des vies et il faut l'éviter. Chaque année, de nombreuses femmes sont piégées par des trafiquants et amenées en Suisse ou ailleurs pour y être contraintes à se prostituer. Le gouvernement suisse s'efforce donc de lutter contre ces abus inhumains. Avec une politique de tolérance zéro, tous les efforts sont déployés pour aider le plus grand nombre possible de personnes afin que celles-ci puissent vivre une vie paisible tout en faisant leurs propres choix. Il existe de nombreuses façons d'identifier une victime d'agression sexuelle. Et le gouvernement suisse s'efforce de faire en sorte que chaque victime reçoive un soutien afin que sa vie soit protégée.