Landing logo

Avez-vous 18 ans?

Catgirl.ch est une communauté avec du contenu pour adulte. Vous devez avoir plus de 18 ans pour y rentrer.

Catgirls
La vie est belle mais il faut continuer à chercher.

Catgirl vous propose:

Escort Girl Aire-la-Ville 25 ans 24j 13h
Escort Girl Genève 18 ans 25j 9h
Escort Girl Genève 25 ans 19j 10h
Escort Girl Genève 23 ans 9h
Escort Girl Genève 32 ans En ligne
Escort Girl Genève 25 ans 14j 9h
Masseuse Genève 35 ans En ligne
Escort Girl Genève 35 ans 1h

Témoignages émotionnels de 3 escorts de Genève

1. Ma vie d’escort à Genève

On est 2012, je suis une jeune femme de 22 ans exceptionnellement naïve, endettée à hauteur de six chiffres à la suite d'un mariage raté et qui doit subvenir seule aux besoins de son bébé. Un an auparavant, une amie de ma sœur m'avait proposé un travail d'escort à Genève. Je n'avais aucune idée de ce que faisait une escort, mais l'offre de 300CHF de l'heure est restée dans mon esprit. J'ai appelé ce type lorsque j'ai atteint le niveau le plus bas auquel j'étais prête à aller. Je pensais que les escorts de Genève dansaient ou se masturbaient, alors que je n'étais même pas une bonne danseuse. Je n'ai aucune idée de ce que je pensais.

Avec le recul, mon premier rendez-vous d’escort à Genève a été un désastre. Le client à fait preuve d'une patience exceptionnelle, j'étais tellement anxieuse. Nous avons bu un verre, fumé un peu et il m'a proposé de la coke. N'ayant jamais pris de coke auparavant, j'espérais que cela m'aiderait à me détendre et j'ai accepté son offre. Cela n'a manifestement pas fonctionné. Après une heure de bavardage, il m'a demandé ce que je pouvais faire, sentant que je n'étais pas vraiment sur la bonne voie dans cette affaire. J'avais apporté un sac de lingerie et j'ai proposé de lui servir de modèle. D'une manière ou d'une autre, cela lui a suffi et le retour à la maison sur Genève a été, jusqu'à ce jour, l'un des plus amusants que je n’ai jamais eus.

De toutes les choses dont je suis reconnaissante dans la vie, peu sont plus importantes que mon aversion pour la coke. Au lieu de me laisser entraîner par tout cela, je me suis désendetté, j'ai acheté une maison à Genève et je suis retourné aux études. Il y a deux semaines, j'ai obtenu mon diplôme avec l'un des titres les plus recherchés d'une école prestigieuse. Je travaille comme Escort indépendante à Genève depuis 2014 et je gagne actuellement 4000CHF par semaine avec des clients réguliers de Genève. J'ai rencontré des gens extraordinaires et vécu des expériences inoubliables qui auraient été impossibles autrement. La retraite est l'une des choses les plus difficiles que je doive faire. Mais dans trois mois, je raccroche mes talons et je m'en vais, fini le travail d’escort pour ces beaux messieurs genevois.

Je vois toujours mon premier client, bien sûr je le baise maintenant. Il ne m'a fallu que quatre rendez-vous à Genève et une grosse dispute avec un client qui avait des attentes plus réalistes pour ses 400CHF de l'heure pour comprendre ce que j'étais censée faire. Puis j'ai appris à le faire vraiment bien. J'ai passé un tiers de ma vie à me prostituer comme escort. Mais j'ai une belle maison avec de grands diplômes au mur, un enfant heureux, plusieurs véhicules dans mon garage. Le monde est une possibilité ouverte. Je suis une femme très chanceuse.

2. Mon premier client bizarre en tant qu'escort de Genève

Je ne suis plus une escort à Genève. Je n'ai vu que quelques clients et j'ai décidé que je préférais gagner de l'argent de façon normale. Mais je peux vous raconter ma première expérience. Je me suis inscrite sur un site d'escorts et de cam girls à Genève. Mon partenaire ne pouvait pas m'accompagner au rendez-vous, alors j'ai demandé à mon meilleur ami gay de me conduire. C'était dans un hôtel à Genève et j'étais très nerveuse. J’avais demandé à mon client s'il voulait que je porte quelque chose de particulier. Il m'avait dit qu'il voulait que je porte des vêtements décontractés et que je ne me maquille pas. Bien sûr, les hommes n'ont pas la moindre idée de ce à quoi ressemblent les escorts sans le moindre maquillage. Alors j'ai mis du fond de teint, du blush et du mascara, ainsi qu'une jolie robe d'été.

Il avait une cinquantaine d'années, j'en avais vingt à l'époque. Il voulait surtout s'embrasser et se faire des câlins. Pour une raison quelconque, il s'était couvert de talc, ce qui était étrange. Il n'était pas séduisant, ce qui m'a empêchée d'être excitée, mais il avait l'air très heureux. Ce qui m'a un peu gênée, c'est qu'il n'arrêtait pas de parler de mon jeune âge et qu'il m'a demandé mon vrai nom à plusieurs reprises. J'avais un faux nom d’escort pour des raisons évidentes. Je lui ai dit que mon vrai nom était Elizabeth mais que mes amis m'appelaient Lizzie et il m'a appelée Lizzie jusqu'à la fin du rendez-vous. Puis il a eu le culot d'essayer de me marchander une heure supplémentaire, ce que j'ai refusé.

Par la suite, lorsque je me suis retrouvée plus riche de 400CHF pour une heure de travail d’escort, je me suis sentie étrangement plus forte.

3. Je n’ai eu qu’un client en tant qu’escort à Genève

J'avais 22 ans, je venais d'obtenir une licence dans un domaine qui ne me rapporterait rien. J'ai emménagé chez mes parents et j'étais dans une spirale descendante. J'ai posté une annonce sur Catgirl.ch pour 400CHF de l'heure. Je n'avais aucune idée des tarifs qu’une escort demandait sur Genève. Et je n'en ai toujours pas, mais d'après ce fil de discussion, cela semble élevé. J'ai rencontré un homme le lendemain soir chez lui près de Genève pour une durée convenue de 30 minutes. Nous nous sommes assis sur le canapé et avons discuté un peu. Il dirigeait une petite entreprise, divorcé, en surpoids, la quarantaine. Vraiment ordinaire et plutôt sympathique, en fait.

Il m'a emmenée dans la chambre à coucher. Il y avait des bougies allumées et une bouteille de lubrifiant sur la table de nuit. Je n'ai pas voulu l'embrasser pendant un certain temps, mais il avait l'air de se sentir seul, je suppose. J'ai fini par l'embrasser. Il a mis un préservatif et je l'ai sucé pendant un moment, mais il n'est pas resté dur. J'ai grimpé sur lui et je l'ai chevauché, mais il n'avait pas joui à la fin des 30 minutes. Je l'aimais bien, alors j'ai continué jusqu'à ce qu'il ait fini, peut-être encore 20 minutes. Je ne lui ai pas fait payer le supplément. Je n'ai pas pris autant de plaisir qu'avec un partenaire régulier, mais ce n'était pas si mal. Après avoir terminé, il m'a remercié et nous nous sommes serrés dans les bras. Il a suggéré que la prochaine fois, il prépare un dîner de spaghettis et que nous puissions manger et apprendre à nous connaître.

Ce n'était pas aussi grave que je m'y attendais et je n'ai pas été traumatisée, mais je n'ai jamais recommencé. Je ne sais pas exactement pourquoi. Il m'a envoyé plusieurs messages par la suite et j'ai fini par lui dire que j'avais déménagé.