Landing logo

Avez-vous 18 ans?

Catgirl.ch est une communauté avec du contenu pour adulte. Vous devez avoir plus de 18 ans pour y rentrer.

Catgirls
Escort Girl Lancy 24 ans 17j 12h

Témoignages d'escorts de Genève

1. Mes deux premiers clients en tant qu’escort à Genève

À 20 ans, j'étais à court d'argent et j'ai décidé que j'allais faire escort à Genève. J'avais besoin d'un papa gâteau. Je suis allée sur Catgirl et j'ai trouvé un homme. Il voulait me rencontrer d'abord et avait besoin d'une nouvelle fille pour remplacer l'ancienne. Il était prêt à payer 4 chiffres par rendez-vous pour une escort à Genève. J'ai pris la voiture pour aller le rencontrer et j'ai été bloquée dans les embouteillages pendant une heure ou deux. Je me suis assise dans un Starbucks pendant un moment. Il s'était perdu parce qu'il n'était à Genève que pour un voyage d'affaires. Je tremblais quand il est arrivé. Nous avons pris des hamburgers et des boissons et nous nous sommes assis à une table en attendant, tout en discutant.

Il était gentil mais ce n'était pas mon genre. J'étais tellement nerveuse et je tremblais. Nous sommes arrivés à son hôtel en dehors de Genève. Nous nous sommes assis, nous avons parlé et mangé. Puis nous avons commencé à être frétillants. Il n'arrêtait pas de dire à quel point j'étais une escort magnifique et je sais qu'il essayait de me flatter. Mais au bout d'un moment, c'était vraiment lassant. Je suis restée pour la nuit et je suis partie le matin. Il m'a donné de l'argent pour l'essence. Plus tard, je lui ai dit que j'étais désolée mais que la différence d'âge était trop bizarre et qu'il devrait trouver une autre fille. Mais vraiment, je ne pouvais pas le supporter. Je lui ai fait comprendre que je n’étais qu’uen escort occasionnelle à Genève.

Puis j'ai trouvé un homme marié qui vivait aussi à Genève. Nous avons discuté, je lui ai envoyé des photos de moi et il a été séduit. Il a commandé des choses sur Amazon pour que je les apporte. Des trucs de bondage/anal. L'anal était sur la liste des nécessités pour fréquenter une escort. J'étais vierge des fesses et très hésitante à ce sujet. Je lui ai dit que je voulais avoir les yeux bandés pour le plaisir. Mais en réalité, je ne voulais pas voir son visage.

J'ai fait une heure de route depuis Genève jusqu'à un motel dans sa ville pour le voir. À la façon dont tout le monde me regardait, je savais qu'ils savaient pourquoi j'étais là. J'ai frappé à la porte, elle s'est ouverte. J'ai pénétré à l'intérieur comme une escort qui va au job. Les lumières étaient éteintes, j'ai gardé les yeux fixés sur le sol. Il s'est approché de moi et a commencé à me caresser les bras, le visage. Il m'a demandé de mettre le bandeau, ce que j'ai fait.

J'ai détesté cela. J'ai détesté chaque minute. J'ai perdu ma virginité anale avec lui, c'était douloureux et j'ai pleuré. Je sentais sa graisse claquer contre mon ventre. Il m'embrassait avec sa barbe touffue qui me chatouillait le visage et je détestais ça, putain, j'avais envie de vomir. Il m'a donné les 1000CHF et je suis partie. J'ai pleuré tout le long du chemin en direction de Genève

Il était fou de moi, voulait m'emmener en voyage, m'acheter un appartement dans sa ville, etc. J'ai accepté de le revoir en tant qu’escort seulement mais pas d'anal et pas de baiser. Je lui ai dit que ça faisait bizarre de l'embrasser alors qu'il avait une femme. Je sais, c'est une excuse bidon d’escort mais qu'est-ce que j'étais censée dire, "tu me dégoûtes" ?

La deuxième fois, il était sous l'emprise de la coke et a eu du mal à tenir le coup. J'ai dû le consoler maladroitement pendant qu'il s'en voulait et sucer sa bite flasque plusieurs fois. Nous nous sommes allongés ensemble pendant un moment et nous avons eu un peu de sexe mais sans une érection complète, c'était un échec. Une fois qu'il a admis sa défaite, j'ai tout remballé et je me suis assise au bord du lit. Il a apporté mon argent, l'a placé dans mes mains et m'a dit de le regarder. Je portais encore le bandeau et j'ai secoué la tête. Il me l'a enlevé et m'a dit de le regarder. Il portait un bandana qui couvrait la plus grande partie de son visage, à l'exception de ses yeux. Il avait de beaux yeux et j'ai eu envie de pleurer en pensant à sa femme.

Ce type était convaincu que je n'étais pas là pour l'argent comme une escort habituelle. J'avais un esprit malade, j'avais un côté sale et lui seul pouvait l'assouvir. Je n'ai pas pris la peine de le corriger parce que je ne voulais pas détruire l'estime de soi qu'il était en train de se forger. Je lui ai dit que je ne pouvais plus le faire. Il m'a envoyé quelques messages au cours de l'année suivante. Mais j'ai continué à lui dire non, quel que soit le prix qu'il me proposait.

Je regrette encore aujourd'hui ces deux rencontres et personne n'en sait rien.

2. Mon premier client d’escort à Genève m’a lancé l’argent au visage

A l’aube de mes 19 ans, je cherchais un job d’escort sure Genève, sans vraiment être sûre de le commencer. Un soir, le CMO d'une entreprise très connue m'a offert 500CHF par l'heure si je venais dans sa chambre d'hôtel. Je n'avais encore jamais envisagé de faire du sexe transactionnel pour de l'argent, mais le prix m'intéressait. Je me suis donc présentée, j'ai reçu mon argent en trois minutes et je suis rentrée chez moi avec un grand sourire incontrôlable sur le visage.

Je n'étais pas nerveuse et je ne me sentais pas coupable. Mais je n'ai jamais été sexuellement refoulée et j'ai fait beaucoup de recherches au préalable. Le seul moment gênant de la soirée a été lorsqu'il a terminé assez rapidement et que, sous l'effet de la gêne, il a jeté l'argent à la porte et m'a demandé de partir.

Je le fais escort à Genève depuis 2 ans maintenant. L'expérience a été tellement positive que j'envisage sérieusement de prendre une année sabbatique à l'université et de me consacrer à plein temps au commerce du sexe genevois.