Saint-Valentin d’une Escort Girl en Suisse

Mon métier d’Escort Girl

J’étais autrefois une escort girl typique, passionnée par mon travail, mariée à mon téléphone qui sonne, engagée dans mon petit livre noir et mes habitués. Ce qui faisait que le fait d’avoir un petit ami ressemblait à de l’infidélité.

Comme d’autres femmes infidèles, je me suis dit que les contradictions étaient insupportables alors que tout était, en fait, assez délicieux. Mon cœur était constamment tiré dans deux directions. Ce qui m’amenait à me demander à chaque fois que je tombais amoureuse si je pouvais quitter ma carrière pour un homme en particulier. Au fond, beaucoup de prostituées trouvent cette idée de respectabilité excitante, mais un peu effrayante. J’aimais cette tension, qui s’épanouissait de façon érotique tout en prétendant vouloir y échapper.

À chaque Saint-Valentin, je prenais autant de rendez-vous que possible dans la journée, car je savais que je sortirais le soir. Je me souviens d’avoir refusé avec regret un appel lucratif pour dîner avec un petit ami que je voyais depuis moins d’un an. Et d’avoir ressenti un éclair de culpabilité pour avoir triché dans l’entreprise que je bâtissais depuis près de dix ans.

Un jour de fête pour une escort

La Saint-Valentin est-elle un bon jour pour l’industrie du sexe ? Cela dépend. Si vous êtes une escort girl, c’est souvent une bonne nuit pour se passer de la Saint-Valentin. Les collègues de travail se font draguer par des petits amis, ce qui signifie que la demande de compagnie professionnelle peut dépasser l’offre. Mais c’est difficile à prévoir. Pour les clients à la recherche d’une expérience de Saint-Valentin, avec des bonbons, des pétales de rose et du champagne, il faut une fille beaucoup plus professionnelle qu’elle n’y paraît. Les affaires varient d’une année à l’autre. Il serait donc imprudent de mettre fin à une romance dans le seul but d’être de garde. Et la plupart des prostituées ne sont pas si calculatrices.

C’est une journée qui résume tout ce qui est “faux et romantique” dans le fait d’être une escort girl. J’ai essayé de ne pas m’engager avec quelqu’un pour pouvoir me concentrer sur les affaires, mais j’étais un aimant à petits amis. Mon plus grand problème n’était pas la stigmatisation associée à mon travail, mais ma tendance à tomber amoureuse. Quelques années plus tard, je me suis retrouvée à “tricher” à nouveau, avec quelqu’un de nouveau, Sébastien.

Sébastien et moi avons été présentés par un couple marié qui aimait jouer à Cupidon pour leurs amis célibataires. Un type du mauvais côté de la piste qui s’était inscrit en école de commerce. Il remboursait encore ses prêts étudiants. J’ai toujours eu un faible pour les hommes qui doivent se débrouiller seuls. Après notre quatrième rendez-vous, j’ai décidé de ne pas lui cacher mon travail.


Escort et Saint-Valentin - Catgirl.ch
On peut toujours rêver à l’amour

Rêver comme une petite fille

Quand je lui ai fait remarquer que j’avais couché avec plus de femmes que lui, il m’admirait pour mon self-made woman. Il voulait que je rencontre sa mère, même si nous ne sommes pas allés jusqu’à parler de ma carrière à sa famille.

Je me croyais un peu à cran. Une ancienne adolescente en fuite qui fait un pied de nez à la société. Mais le 14 février arrivant, je n’ai pu m’empêcher de tomber dans le piège des conventions romantiques avec Sébastien. J’ai décidé de servir un pain de viande en forme de cœur. Après le dîner, nous nous sommes assis sur mon canapé, agréablement éméchés par quelques verres de vin. Et la magie entra dans notre vie.

J’étais une prostituée impénitente qui vivait le fantasme bourgeois ultime : se fiancer le jour de la Saint-Valentin. En montrant ma bague à mes clients et à mes collègues, je me sentais comme une athlète inconnue et délabrée qui venait de décrocher une médaille d’or olympique. Je devais retirer la bague pendant les rapports sexuels pour ne pas abîmer les parties sensibles du corps de mes clients. Mais je rayonnais de fierté, j’avais piraté le système. Le système qui dit qu’on ne peut pas dire à un bourgeois normal ce que l’on fait dans la vie et être avec lui de façon sérieuse.

Le bonheur parfait, ou presque

Les gens supposent qu’une escort girl ment à son petit ami sur son travail, mais ce n’est pas si simple. Parfois, les escort girls se mentent entre elles sur ce que nous avons dit à nos petits amis. Cela peut rendre les choses… compliquées. Par exemple, ma meilleure amie Vanessa ne voulait pas que Sébastien sache qu’elle était une escort girl. Je ne voulais pas qu’elle me fasse la leçon sur ce qu’elle pensait que je faisais de mal, alors je lui ai menti et je lui ai dit qu’il ne savait pas que j’étais une escort-girl. Après avoir travaillé toute la semaine, parfois ensemble, Vanessa et moi avions des doubles rendez-vous avec nos respectables petits amis, qui ne devaient jamais, jamais découvrir ce que nous faisions pour vivre. J’avais l’obligation de la protéger, alors j’ai dit à Sébastien que Vanessa serait “choquée si elle savait”. Je mentais à ma meilleure amie et à mon fiancé. Mais aussi embrouillée que cela puisse être, je pensais que c’était pour une bonne cause. Et d’une certaine manière, comme nous aimions tous aller manger des sushis ensemble, l’intrigue et la confusion en valaient la peine.

Mais une fois que j’ai commencé à porter une bague, sa bague, Sébastien est devenu jaloux de mes clients. Il essayait d’avoir l’esprit ouvert, mais il s’énervait si je ne le voyais pas un soir de semaine. Il me mettait la pression pour que je renonce à ma carrière, mais c’était un choix difficile. J’étais fière de l’entreprise que j’avais bâtie. Après avoir travaillé si dur pour arriver là où j’étais, Sébastien a compris mon dilemme. Mais lorsque nous avons emménagé ensemble, il est devenu moins sympathique, plus ouvertement possessif, et je suis devenu plus nerveuse.


Saint-Valentin avec une catgirl - catgirl.ch
Une escort a aussi droit à un diner romantique

Se voiler la face

C’est alors que j’ai rencontré Julian. J’ai tout de suite su qu’il ne serait pas menacé par ma carrière inhabituelle, parce qu’il était un escort boy. Alors que nous échangions nos numéros, je me suis mis à fantasmer sur un partenariat. J’avais entendu parler de certains couples de pornstars mariés et heureux. Ils avaient peut-être tout compris. Julian pourrait-il être la réponse ?

Il m’a diverti avec des histoires de riches femmes mariées et m’a dit que le sexe avec moi, ou plutôt avec lui, serait “une courtoisie professionnelle”.

Mais l’idée de coucher avec un homme qui est normalement payé pour ça a commencé à me déconcerter. La “courtoisie professionnelle” faisait que notre rencontre hypothétique ressemblait trop à une transaction. Me considèrerait-il comme un client non payant ? Mais j’avais le droit de le considérer ainsi ! La collision entre deux egos de l’industrie du sexe n’était pas du tout la solution.

Un pas en arrière

La réaction de Sébastien à ma carrière avait produit un grésillement romantique qui manquait à mon flirt avec Julian. J’ai commencé à me concentrer sur l’écriture d’un livre, mais j’ai laissé mes options de escort-girl ouvertes. Je voulais m’abstenir d’escorter au maximum, et Sébastien était heureux de me soutenir. Mais quand je ne voyais pas de clients, je me sentais piégée. En brandissant mon trophée bourgeois, je me sentais vilaine et subversive. Mais en m’installant pour de vrai, j’avais l’impression d’être vaincue.

J’ai commencé à m’inquiéter de la structure de notre vie commune et à me demander si je pouvais m’intégrer dans le monde de Sébastien. Et si la rumeur se répandait au bureau que la femme de Sébastien était une prostituée depuis son adolescence ? Quel effet cela aurait-il sur sa carrière ? Il pensait qu’avoir un bébé nous protégerait : “Personne ne veut être vu en train de dénigrer la mère de l’enfant d’un homme.” En d’autres termes, il voulait que je sois le PDG de son ADN. Je n’étais pas convaincue.

Les enfants et le travail ont commencé à nous diviser. Sébastien et moi avons passé des mois en thérapie de couple à essayer de relier les points. Il y a des choses dont nous n’avons jamais eu le courage de parler, mais quand nous nous sommes séparés, ce fut une séparation civilisée et étonnamment tendre.

Pour la Saint-Valentin, une bague de fiançailles en diamant est le trophée ultime. J’ai toujours la bague que Sébastien m’a donnée. Mais mon trophée est devenu le souvenir de quelque chose de plus durable. Une leçon sur les réalités de l’amour qui l’emporte sur le symbolisme d’une fête.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser:


Facebook Twitter