Coucher à droite à gauche oui mais restez courtois

Les hommes qui sont grossiers envers les femmes avec lesquelles ils couchent ne sont pas des imbéciles. Ils sont sexistes.

Après six ans d’une relation monogame, je suis récemment devenue célibataire. Je savais qu’après avoir passé tant de temps avec une seule personne, sortir à nouveau serait une expérience étrange. Et peut-être difficile sur le plan émotionnel. Mais ce à quoi je ne m’attendais pas, et ce dont personne ne m’avait prévenu, c’est le sexisme.

S’amuser librement de temps en temps

Le féminisme étant presque universellement adopté, j’avais longtemps supposé que toute personne avec laquelle je serais intéressée à sortir saurait que les règles traditionnelles des relations hétérosexuelles sont ridicules. Et pourquoi jouer à un jeu dépassé quand on n’a absolument pas l’intention de commencer une relation sérieuse ?

La première fois que j’ai rencontré quelqu’un qui m’intéressait après une rupture, aucune de ces règles n’était pertinente. Nous avons fait l’amour, envoyé des SMS et passé beaucoup de temps ensemble. La deuxième fois, en revanche, je n’ai pas eu autant de chance. Dans un scénario familier à des millions de personnes, mais honnêtement surprenant pour moi, j’ai eu des relations sexuelles avec un homme. Et un beau jour, plus de nouvelles de lui. Bon, je ne le connaissais pas bien et je n’étais certainement pas investie émotionnellement. Nous nous entendions incroyablement bien et, malgré la nonchalance endémique des rencontres occasionnelles, le sexe est une expérience intime inévitable. Ce silence radio semblait étrangement froid.


Prendre du bon temps ne fait pas de mal:)

On se rappelle, ok ?

Le changement de son comportement était particulièrement frappant car il va à l’encontre de la plupart des comportements adultes conventionnels. En général, il m’est assez facile de comprendre les relations humaines. J’arrive à voir quand une relation autour d’un verre transforme un ami en amant. Même lorsque l’étincelle n’est pas totalement présente, la société polie dicte une certaine courtoisie commune. D’où l’amabilité qui vient huiler nos interactions avec les instructeurs de fitness, les anciens collègues de travail, les amis des amis et les coiffeurs. Alors pourquoi pas les gens avec qui nous couchons ?

Mais si mes amis se sont empressés de traiter cet homme de connard, il n’est pas juste de qualifier ce comportement d’impolitesse pure et simple. Il n’avait pas l’air particulièrement bête et ne se considérait certainement pas comme tel. En fin de compte, il semble que les femmes, avec qui vous avez eu des relations sexuelles, soient la seule catégorie de personnes que les hommes hétéros ne sont pas censés traiter avec cordialité. Ce sexisme profondément enraciné s’accompagne de diverses autres hypothèses problématiques. Par exemple, que le sexe est quelque chose que les femmes donnent aux hommes, que les femmes veulent toujours des relations, que parler d’émotions en rapport avec le sexe est “fou”. Oui, ces règles sexistes en matière de rencontres existent toujours

Génération Tinder

Peut-être était-il naïf de ma part de penser que la culture des rencontres avait réglé ses problèmes sexistes alors que j’étais joyeusement empêtrée dans ma propre relation monogame. Kathleen Bogle, professeur de sociologie à l’université de La Salle, qui a écrit sur la culture des rencontres, confirme que malgré les progrès réalisés sur certaines questions féministes, les normes sexuelles misogynes restent la norme. Tinder a peut-être révolutionné la façon dont nous rencontrons les gens, mais ces fils du sexisme sont restés obstinément les mêmes.

Ce refus de dépasser ces stéréotypes est surprenant compte tenu de l’attitude progressiste des jeunes sur d’autres questions sociales, comme les droits des LGBT. Mais avec la conversation sur les rencontres, la culture de la drague et le comportement sexuel, on voit encore cette mentalité de traiter quelqu’un de salope, ou d’entendre quelqu’un vouloir contacter une pute. Ces stéréotypes n’ont pas vraiment la vie dure et existeront encore longtemps. Il faut donc faire avec ou les fuir comme la peste.

La valse des sentiments

Cela peut expliquer l’idée que le sexe est quelque chose que les femmes donnent aux hommes. Et peut-être aussi l’hypothèse largement répandue selon laquelle les femmes sont avides de relations engagées alors que les hommes ne s’intéressent qu’au sexe.

En tant que culture, nous avons choisi de célébrer la perspective soi-disant masculine du détachement et de la renforcer jusqu’à un extrême froid émotionnel. Ainsi, si les relations sexuelles occasionnelles sont désormais la norme, le fait d’avoir des sentiments ou des préoccupations à ce sujet est considéré comme étrange.

Les femmes qui se plaignent de la façon dont elles ont été traitées ou qui interrogent un partenaire sexuel sur leur relation sont considérées comme “folles”. Malgré les liens établis entre ce terme et la stigmatisation sexiste, certains affirment que cette idée trouve encore une forte résonance parmi les jeunes.

Comme c’est souvent le cas avec le sexisme, les attitudes contemporaines à l’égard du sexe ne sont pas non plus très bonnes pour les hommes. Contrairement au stéréotype, au fond, beaucoup d’hommes ne veulent pas avoir de rencontres sexuelles sans intérêt.

Les hommes sont soumis à une pression énorme pour avoir des relations sexuelles. Mais en réalité, les hommes et les femmes n’ont pas des désirs si radicalement différents. Nous commençons à peine à comprendre comment ces stéréotypes nuisent aux hommes.



Parler mais changer les habitudes

En fin de compte, je pense que ce qui est le plus surprenant à propos du sexisme dans les relations amoureuses, c’est à quel point nous sommes réticents à en parler. Le monde des rencontres est le dernier domaine ouvertement sexiste de la société que nous sommes tous censés ignorer. Nous pouvons échanger des histoires d’horreur sur “le jeu” et les “conneries”, mais nous reconnaissons rarement les attitudes misogynes qui se cachent derrière un tel comportement. Et même les hommes féministes libéraux et autoproclamés peuvent traiter froidement les femmes avec lesquelles ils couchent et ne remarquer aucune incongruité.

Vous ne savez pas si vous faites partie du problème ? Voici une règle de base simple. Traitez vos partenaires sexuels de manière à ce que vous deviez finir par travailler ensemble. Donc, que vous ne vous sentiriez ni gêné ni embarrassé. En d’autres termes, soyez simplement gentils. Et si vous changez soudainement d’avis sur quelqu’un, agissez comme un adulte et soyez honnête à ce sujet. J’ai récemment dit à un homme avec qui j’ai eu deux rendez-vous que je ressentais davantage une atmosphère d’amitié. C’était inhabituellement franc, mais il a apprécié l’honnêteté. Et j’étais contente d’avoir résisté à l’envie de lui faire du rentre-dedans.

Néanmoins, les changements de comportement individuels sont un bon début. Ne faites pas l’idiot, ne faites pas le fantôme et ne considérez pas que les personnes avec lesquelles vous avez des relations sexuelles sont moins dignes de votre temps et de votre énergie que les personnes avec lesquelles vous interagissez en public. Nous sommes tous légèrement vulnérables pendant les rapports sexuels. Il n’est pas nécessaire de faire semblant d’être émotionnellement mort le lendemain matin.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser:


Facebook Twitter